Copenhague :Triste bilan

Après 12 jours de discussions intenses, le sommet de Copenhague sur le climat a accouché d’un accord non contraignant qui n’est pas signé par tous les pays, obtenu par des négociations de couloirs. Même si tout le monde ne tire pas la même analyse du résultat, la tendance est plutôt à la déception : pour certains, il s’agit avant tout d’un bilan décevant, d’un accord sans ambition… et sans contrainte. Pour d’autres la conférence s’est achevée dans le chaos et a accouché d’un texte insipide, pour le moment adopté simplement par une trentaine de chefs d’Etats et de gouvernements de pays développés et émergents, tandis que la conférence des Nations unies en a simplement pris note.
Le refus des Etats-Unis de s’engager réellement dans la lutte contre le changement climatique, l’inconsistance de l’Union européenne qui aurait pu être le moteur de ces négociations, le jeu de la Chine, de l’Inde et de l’Afrique du Sud qui a divisé le G77, le poids des grands lobbies industriels et des multinationales ont abouti à un échec que le pire scénario ne pouvait laisser imaginer.Copen1
Le principal échec de Copenhague est l’accord obtenu par les Etats-Unis et la Chine lors de discussions parallèles : un document non contraignant bien en deçà des volontés affichées. Son contenu est loin d’être à la hauteur des attentes que la conférence avait soulevées : s’il affirme la nécessité de limiter le réchauffement planétaire à 2°C par rapport à l’ère préindustrielle, le texte ne comporte aucun engagement chiffré de réduction des émissions de gaz à effet de serre, se contentant de prôner la « coopération » pour atteindre un pic des émissions « aussi tôt que possible ». Au royaume de la langue de bois vert …
La fin de ce sommet aura été marquée et ternie par des négociations dans la confusion, tenues dans un cadre flou : une assemblée plénière s’est déroulée pendant la dernière nuit dans la pagaille, animée par un premier ministre danois dépassé, alors que les chefs d’Etat étaient déjà repartis. Après des heures d’invectives et de tensions, la convention a finalement « pris note » de l’accord. Ce qui ne l’entérine pas formellement, mais pourrait permettre son application. Certains pays, comme le Venezuela ou Cuba, ont annoncé leur intention de ne pas le signer.

La négociation de Copenhague a mis en lumière le rôle incontournable des deux pays les plus pollueurs de la planète : la Chine et les Etats Unis. Le « G2″ a fait la négociation, sans que les Européens ou les pays en développement aient vraiment leur mot à dire.

Copen2En France, comme partout ailleurs dans le monde, associations et partis écologistes sont unanimes : cet accord ne va pas assez loin. Certains, comme les Verts français, estiment qu’ils s’agit d’un « lamentable fiasco ».

Que dit réellement le texte final ? Cette déclaration politique a été le fruit de négociations à 26 mais menées essentiellement par les Etats-Unis, l’Inde, la Chine, le Brésil et l’Afrique du Sud. Elle ne comprend pas d’objectifs contraignants de réduction des émissions de gaz à effet de serre, renvoyés à 2010, et ne prévoit pas la création d’une instance internationale pour vérifier la mise en oeuvre des engagements de chaque pays.

  • Une hausse des températures globales limitée à 2 °C

Dans le document politique négocié, les dirigeants prévoient de limiter le réchauffement planétaire à 2 °C d’ici à 2050 par rapport aux niveaux pré-industriels, l’objectif affiché de la conférence sur le climat. S’il mentionne la nécessité de limiter le réchauffement climatique, ce  texte ne  fixe aucun objectif contraignant pour  les pays signataires. Chaque pays fera donc ce qu’il voudra.

  • Pas d’objectifs de réduction des émissions de CO2

L’accord ne fixe pas d’objectifs chiffrés de réduction d’émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050. Selon un calcul des Nations unies, l’addition des promesses faites à ce jour publiquement par les différents pays conduirait à une hausse de la température moyenne de la planète de 3 °C, bien au-delà de l’objectif souhaité des 2 °C.

  • Aide à l’adaptation des pays en développement

Les chefs d’Etat ont accepté de consacrer 100 milliards de dollars par an d’aide aux pays en développement à compter de 2020 et d’examiner pour ce faire des financements innovants. Les Etats-Unis se sont engagés à verser 3,6 milliards dCopen3e dollars d’aide aux pays les plus vulnérables d’ici 2012 pour les aider à s’adapter aux impacts du changement climatique.
Il est à craindre que les 30 milliards de dollars d’aide aux pays les plus pauvres face au changement climatique pour les trois prochaines années proviennent d’une reconversion de l’aide au développement déjà promise, comme cela a été annoncé par certains pays développés. Pire, le texte indique qu’il faut utiliser  les  opportunités  du marché,  donnant  ainsi  son  imprimatur  au  développement  de  la finance carbone qui a pourtant fait la preuve de son inefficacité en matière de réduction des émissions

  • Il n’y aura pas d’Organisation mondiale de l’environnement

L’accord ne prévoit pas la création d’une Organisation mondiale de l’environnement qui aurait pu vérifier la mise en œuvre des engagements de chacun, les contraignant légalement. Point de friction majeur, en raison notamment du rejet chinois de toute intervention extérieure, la partie du texte sur la vérification internationale du respect des engagements pris est la plus longue du projet d’accord. Elle précise que les économies émergentes doivent faire le bilan de leurs efforts et en rapporter aux Nations unies tous les deux ans.

  • Protection des forêts

Le texte « reconnaît l’importance de réduire les émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts, et la nécessité d’améliorer l’élimination de gaz à effet de serre par les forêts ». Il prévoit des mesures « incitatives » pour financer la protection des forêts avec des fonds des pays développés.

Une réflexion au sujet de « Copenhague :Triste bilan »

  1. Il y avait eu une campagne qui avait été lancée depuis un moment déjà. Si on téléchargeait(gratuitement) le titre TCK TCK « beds are burning », on comptabilisait un vote. Du reste, je ne sais pas si cela a servi à grand chose, mais l’engagement des artistes est à souligné. Notons que la campagne était lancée par Kofi Annan.

    http://www.timeforclimatejustice.org/

    Je désespère de voir le monde s’écrouler et de constater que peu de gens se bougent et que les hauts sommets n’aboutissent pas.

Laisser un commentaire