La nature sur les toits

Les toitures végétales ne sont pas nouvelles puisque cette technique est utilisée depuis des siècles par les pays scandinaves pour assurer une isolation thermique mais l’idée est en train de gagner du terrain, notamment à Paris où dans le cadre du plan biodiversité, adopté par la Ville le 15 novembre 2011, l’objectif est de créer 7 hectares de toits végétalisés d’ici 2020. Actuellement la ville en compte 3,7 hectares.Il faut dire que les toitures végétales offrent un grand nombre d’avantages:

  • Elles améliorent l’isolation des habitations autant pour le froid de l’hiver que la chaleur de l’été. Une toiture traditionnelle pourrait atteindre des températures extrêmes de l’ordre de -20°C à + 80°C alors qu’une toiture végétalisée maintiendrait une température de 15°C maximale. Celle-ci provoquerait une baisse de température pouvant aller de 3 à 7 degrés l’été, permettant d’effectuer une économie sur la climatisation.
  • Elles prolongent la durée de vie de la toiture en servant d’écran contre les rayons ultra -violet et rayons solaires et en la protégeant contre les agressions des intempéries.
  • Elles atténuent les écarts de températures entre le jour et la nuit ou les différentes saisons.
  • Elles participent au contrôle des eaux de ruissellement, ce qui réduit les débordements et l’engorgement des stations de traitement des eaux lors de violents orages. (un toit végétal absorbe en moyenne 75% des précipitations reçues et n’en laisse passer que 25%. L’eau absorbée par le substrat est réinjectée dans le cycle naturel par évaporation).
  • Elles offrent des surfaces d’espaces de vie supplémentaires.
  • Elles augmentent la production d’oxygène et diminuent le taux de CO2 grâce à la photosynthèse.
  • Elles retiennent en partie les particules ou poussières volatiles contenues dans l’air.
  • Elles servent d’isolant phonique en atténuant les bruits venant de l’extérieur (bruit de ville, trafic aérien, etc). Cette réduction serait estimée à environ 50 décibels.

Ces canopées urbaines sont  accessibles à quasiment tous les toits, pourvu que la pente soit inférieure à 35°. Les travaux pour créer un espace vert sur son toit sont à déclarer en mairie, comme s’il s’agissait d’une rénovation complète du toit. Le prix est assez élevé, vu qu’il faut compter entre 25 et 100 € par m². La prix est bien plus élevé lorsqu’il s’agit d’une terrasse jardin (150 à 300 €/m²). Au niveau de l’entretien, la toiture végétale nécessite un peu plus d’attention qu’une toiture standard, mais bien moins qu’un jardin

Pour réaliser une toiture végétale, il faut respecter un certain nombre de règles.Le principe consiste à empiler 4 couches pour l’étanchéité, le drainage, la filtration, et, enfin la végétation. Les plantes utilisées sont des plantes vivaces, rustiques et adaptées à chaque milieu permettant de créer un écosystème stable avec un entretien limité.

Alors, convaincus ?

(Source Changimmo & Mairie de Paris)

Laisser un commentaire