L’impact environnemental d’Apple

En aout 2006, Greenpeace lançait un guide « pour une high-tech responsable » évaluant  les green_apple_logopratiques des quatorze principales entreprises du secteur en matière d’environnement (y sont vérifiées  leur politiques et  leurs pratiques en matière d’utilisation de substances chimiques et de gestion des déchets).

Ce guide attribue une note sur 10 : Apple jusqu’à il y a peu y faisait figure de mauvais élève, récoltant en 2007 la dernière place. Les choses ont heureusement évolué et la marque de Steve Jobs est en train de remonter dans le classement (elle occupe aujourd’hui la apple9ème place ).

En septembre de cette année, la marque a même publié  sur son site « une analyse complète du cycle de vie de ses produits pour déterminer avec exactitude d’où proviennent les gaz à effet de serre qu’elle émet » : on y retrouve une description détaillée de la consommation d’énergie de chaque produit ainsi que des matériaux utilisés lors de leur fabrication. Comme l’indique le document ci dessous, si la fabrication représente 38 % des émissions, l’utilisation des produits représente  53 %des émissions de gaz à effet de serre.bar_graph_co2emissions20090810

Apple émet aujourd’hui 10.2 millions de tonnes métriques de gaz à effet de serre ( un pays comme la Suisse émet comparativement environ 50 millions de tonnes CO2 par an).

Sur le site de la marque on indique dans une « chronologie des faits saillants » que la prise de conscience date de 1990, date à laquelle a été mise en place la politique environnementale… sans doute que la pression  de Greenpeace, via le guide dont il est question plus haut mais aussi via Green-my-apple aura permis d’accélérer les choses.

Toujours est il qu’Apple est aujourd’hui en train de rattrapper son retard et on ne peut que s’en féliciter.