Viv’Expo : Salon Bien-être & Nature

Des solutions concrètes pour vivre au naturel, consommer responsable et prendre soin de soi.

Nouvelle année, nouveau concept :

Actuellement, les marchés de l’éco-habitat et des énergies renouvelables, ainsi que celui du bio et du bien-être, connaissent un essor remarquable. En réponse à cette dynamique, Viv’expo se décline désormais en deux salons distincts, sur un même lieu et à une même date.

Le Salon Bien-Etre Nature qui regroupe tout ce qui a trait à : l’Alimentation bio, la beauté, le bien-être, la relaxation, le développement personnel, le confort de la maison, le tourisme et loisirs verts, le sport santé, la protection de la nature,  la solidarité,…

Le Salon Eco Habitat lui est basé sur la construction et la rénovation écologique, les énergies renouvelables, la performance énergétique, la mobilité durable, les financements, la gestion de l’eau et de l’air et le traitement des déchets…

 

De nombreuses activités participatives :

Des conférences,  ateliers-conférences  et  ateliers  pratiques seront organisés quotidiennement afin de sensibiliser les visiteurs aux bienfaits individuels et collectifs des modes de vie écologiques, ainsi qu’aux gestes et pratiques responsables.
Les dates à retenir…
BORDEAUX – 16, 17, 18 septembre 2011
RENNES – 18, 19, 20 novembre 2011

L’histoire de Viv’Expo

Viv’expo a été créé à Rennes en 2006, en étroite collaboration avec l’ADEME Bretagne et s’implante à Bordeaux en 2008, avec une forte implication d’acteurs institutionnels régionaux, engagés en faveur de l’environnement.
Avec plus de 13 000 visiteurs, 200 exposants et 60 conférences et ateliers pratiques en 2010, les salons Viv’expo confirment leur ancrage sur les régions Aquitaine et Bretagne.

Pour en savoir plus, vous pouvez visiter le site de Viv’expo

 

L’Art de faire des économies d’energie

Les sources d’énergie fossiles se raréfient, la planète se réchauffe. Les activités humaines, depuis la révolution industrielle du XIXème siècle, ont créé un effet de serre additionnel  qui s’est ajouté à l’effet de serre naturel; Si nous n’agissons pas tous rapidement les conséquences  vont être désastreuses et sans retour possible.

Petite piqure de rappel  des risques encourus (source :Faisons vite ça chauffe):

- L’élévation du niveau des mers

InondationsL’élévation du niveau des mers en sera la manifestation la plus flagrante, provoquée principalement par la dilatation thermique de l’eau et par la fonte partielle des calottes de glaces polaires et des glaciers continentaux. Selon la moyenne des estimations, le niveau s’élèverait d’environ cinquante centimètres d’ici 2100. Certains deltas, lagunes et régions littorales pourraient être submergés. Des pays comme les îles Maldives dans l’Océan Indien, auraient de graves difficultés à lutter contre l’avancée des mers. En France, la Camargue et le rivage à lagunes du Languedoc seraient immergés.oursbanquise
- Les bouleversements climatiques

Quant aux manifestations climatiques extrêmes (inondations, tempêtes, vagues de chaleur, sécheresses) constatées en Europe et notamment en France au cours de ces cinquante dernières années, elles pourraient préfigurer ce qui risque de se passer avec une plus grande fréquence.
- Les bouleversements écologiques

Aussi faibles soient-ils, ces changements auront des conséquences de grande ampleur sur les paysages, la vie animale et végétale, l’évolution des sols et des ressources en eau, et sur nos activités économiques (pêche, agriculture, sylviculture, tourisme, …) ou encore sur notre santé.

Il existe des solutions connues de tous pour lutter contre le réchauffement: réduire les émissions de CO2, autrement dit faire des économies d’énergie. Il y va donc de l’effort de tous au quotidien. Josselin Zaïgouche, jeune designer Josselin Zaïgouche1français a imaginé un moyen efficace -mais surtout métaphorique- pour lutter contre le gaspillage  à la maison . S’inspirant des tapettes à souris, il propose un Josselin Zaïgoucheinterrupteur qui vous rappellera avec douleur que la planète souffre lorsque l’on décide de ne pas en prendre  soin.

L’Art possède cette liberté d’interpeller pour mieux faire ouvrir les yeux et les oreilles; ici le but est de sensibiliser de manière amusante sur un sujet grave…c’est déjà pas si mal.

Cartographie Thermique pour 500 batiments parisiens

La thermographie , un outil concret pour réduire la facture énergétique.

A l’occasion des 2èmes Journées parisiennes de l’énergie et du Climat qui ont eu lieu du 16264_fr_12123197222 au 25 octobre les parisiens ont eu la possibilité lors des journées Grand Public de découvrir leur ville sous un autre angle:  la ville de Paris a dévoilé à cette occasion la vaste campagne de thermographie entamée en début d’année dont le but avoué est de sensibiliser les habitants sur les déperditions de chaleurs de leurs logements et  de permettre de chercher des solutions pour les immeubles les plus énergivores.

La cartographie thermique par infrarouge  consiste à mesurer à distance la température des toitures de batiments à un moment donné et permet donc d’évaluer le niveau de leurs CTdéperditions .Plus le toit apparait rouge et plus la déperdition est importante. Selon l’ADEME, 30 % des déperditions de chaleur d’un bâtiment s’effectuent par le toit.

Durant la nuit du 6 mars 2009 l »ensemble du territoire parisien a été thermographié depuis un avion survolant le territoire à une altitude d’environ 400 mètres.

Cette initiative devrait être suivie, courant 2010, par la mise en place d’un site Internet représentant chaque type d’immeuble, grâce auquel chacun pourra «tirer des préconisations générales» en matière d’économies d’énergie pour son propre immeuble, a indiqué l’adjoint à l’environnement de la Mairie de Paris, Denis Baupin.