Semaine du développement durable 2014

Semaine du Développement Durable 2014 – Consommer autrement : aujourd’hui, c’est possible !

Comme chaque année, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie organise du 1er au 7 avril la Semaine du Développement Durable. En 2014, la 12 e édition a pour thème « Consommer autrement » : recyclage, réparation, produits de saison… nous sommes déjà entrés dans l’ère de la consommation durable.

 

semaine du développement durable

Que propose la Semaine du Développement Durable cette année ?

  • De nombreuses manifestations seront organisées partout en France par des collectivités, associations, entreprises, administrations ou établissements scolaires.
  • Plusieurs affiches, logos et visuels peuvent être téléchargés sur le site consacré à la SDD 2014.
  • C’est aussi l’occasion de tester ses connaissances et découvrir de nouvelles tendances responsables grâce à un jeu concours et à des animations sur les réseaux sociaux.

Consommer des produits bio de saison, allonger la durée de vie de ses produits en partageant des conseils de réparation avec des internautes, échanger ses produits utilisés (ameublement, vêtements, appareils électroniques…)… Il est désormais possible de consommer autrement !

Focus sur l’économique circulaire :
Quand les déchets d’aujourd’hui deviennent les ressources de demain

 

semaine du développement durable1

Le développement de l’économie circulaire permet de diminuer le prélèvement des ressources, de réduire la production de déchets et de restreindre la consommation d’énergie. Il s’agit de prendre en compte les impacts environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie du produit :

  • Lors de la production : l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement permet d’atténuer le risque de pollution future. L’éco-conception est l’une des pistes privilégiées par les industriels : cette démarche permet de diminuer la quantité de matière et de faciliter le recyclage. Sur les territoires, les industriels peuvent aussi développer l’écologie industrielle et territoriale à travers le partage et la mutualisation de service, d’équipement ou l’échange de matière et d’énergie.
  • Lors de la consommation : la plupart des produits de consommation courante (textile, ameublement, véhicules, appareils électriques et électroniques) peuvent voir leur durée de vie prolongée. L’émergence de nouveaux comportements dans le quotidien des Français montre que les citoyens sont prêts à revoir leurs habitudes de consommation.
  • Lors de la gestion des déchets : par le recyclage, les déchets peuvent être réintégrés dans le circuit de production pour fabriquer le même objet ou concevoir un produit entièrement différent. En 2010, 14,9 millions de tonnes de matières premières de recyclage collectées ont été utilisées dans la production française.

L’économie circulaire engendre également des retombées positives pour l’emploi : depuis 2007, la mise en place d’une filière de gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques a abouti à la création d’une trentaine de sites industriels. Au total, la récupération des déchets représente environ 33000 emplois en France.

 

Pour en savoir plus :Semaine du développement durable

Des couverts jetables mais Biodégradables

Je dois bien l’avouer je ne suis pas une grande fan du jetable; préférant de loin ce qui peut être réutilisé mais je peux parfois faire quelques concessions.

C’est le cas ici avec les couverts jetables mais biodégradables imaginés par , une jeune étudiante chinoise dans le cadre de son projet de fin d’études de l’école cantonale d’art de Lausanne (rappelez vous : »les concepteurs sont responsables du monde de demain »).

Graft-Qiyun-Deng-Fourchette-Couteau-Cuillere-Biodegradables-

Cette drôle de série de couverts légumes et de bols a été réalisée à partir de PLA , un matériau biodégradable à 100 % et souvent utilisé dans l’emballage alimentaire (une sorte de bio plastique si on veut) et est complètement inspirée de la texture même des légumes.

Graft-Qiyun-Deng-Fourchette-Couteau-Cuillere-Biodegradables-2

Graft-Qiyun-Deng-Fourchette-Couteau-Cuillere-Biodegradables-3

Graft-Qiyun-Deng-Fourchette-Couteau-Cuillere-Biodegradables-4

Graft-Qiyun-Deng-Fourchette-Couteau-Cuillere-Biodegradables-5

Graft-Qiyun-Deng-Fourchette-Couteau-Cuillere-Biodegradables-6

Graft-Qiyun-Deng-Fourchette-Couteau-Cuillere-Biodegradables-7

Cette collection appelée Graft  est composée de cuillères artichaut et carottes, d’une fourchette céleri, d’un couteau poireaux …et n’est pour l’heure qu’un projet d’étude mais il y a  fort à parier qu’elle pourrait intéresser tout ceux que le manger bio et beau interpelle mais pas que : les enfants adoreraient le coté ludique de tels couverts qui change quand même des pas beaux tout blancs auxquels on nous a habitué depuis toujours !

Vacances Responsables

Le tourisme responsable reste au stade des bonnes intentions d’après les déclarations des Français cet été : dès que l’on envisage des applications concrètes, les intentions positives baissent de manière significative.

Une récente enquête initiée par VoyagerMoinsCher.com du 6 au 12 avril 2011 montre qu’il y a encore du chemin à parcourir même si la prise de conscience est bien là :

Réduire l’impact de ses vacances sur l’environnement  …

Cette  année,  au  moment  de  partir  en  vacances,  plus  d’un  vacancier  sur  deux  (53  %)  déclare  qu’il souhaite  adopter  un  comportement  responsable  sur  place  et  éviter  les  gaspillages.  Toutefois, seulement  29%  des  Français  déclarent  que  l’impact  de  leurs  vacances  sur  l’environnement  a  une importance au moment du choix de leur voyage et ils sont 28 % à répondre qu’ils ne feront rien du tout en faveur de l’environnement cet été !

… à condition que cela ne n’ait pas d’influence sur le budget des vacances.

79 % des Français ne sont pas prêts à payer plus cher pour voyager responsable.Parmi eux :

-     55 % ne voient pas pourquoi voyager responsable devrait coûter plus cher,

-     44 % n’ont pas les moyens de payer un surcoût pour leurs vacances.

Concernant les 21 % de vacanciers qui accepteraient de payer un surcoût :

-     94 % ne seraient pas prêts à dépenser plus de 10 € supplémentaires par jour et par personne,

-     et 65 % pas plus de 5 € supplémentaires par jour et par personne.

Une perception ambivalente du tourisme responsable

Les Français restent méfiants  vis-à-vis du tourisme responsable et de ses acteurs, ce qui peut expliquer le décalage entre leur envie de bien faire et leur manque d’engagement concret. En effet, pour 72 % d’entre eux, voyager responsable :

-     coûte cher

-     profite surtout au portefeuille des professionnels du voyage.

Et pour plus de la moitié des Français (55%) voyager responsable est contraignant ! Pourtant,  dans  le  même  temps,  74  %  des  Français  déclarent  que  voyager  responsable  c’est l’avenir !

Il y a encore un gros travail à fournir pour faire évoluer les mentalités et les comportements  car comme le rappelle l’ADEME, le tourisme est un secteur qui contribue de plus en plus au changement climatique. Or ce changement climatique va abîmer les sites touristiques plébiscités par les vacanciers : enneigement moins important dans les stations de ski, dégradation des sites de bord de mer due à la montée des eaux et à l’érosion des côtes, immersion des îles.

Le programme des Nations Unies a mis en place site:le Passeport Vert pour nous sensibiliser tous avant de partir . A lire impérativement.

L’Art comme moyen de prise de conscience ?

L’Art au service des causes écologiques en tout cas…..

Il y a peu je vous -re-parlais  des Filles du facteur, cette association d’aide aux femmes en difficulté qui collecte les sacs en plastique pour les crocheter en de jolies choses tels que sacs, corbeilles et autres fleurs (il faut absolument aller découvrir leur site où les produits sont en vente)….je ne sais pas si l’association a  fait des émules mais toujours est il que le « crochetage » de sacs en plastique a des adeptes all around the world désormais…

Aux Etats Unis, une jeune artiste s’est elle aussi mis à crocheter le plastique à des fins artistiques mais surtout et avant tout pour sensibiliser le plus largement possible sur l’ampleur du phénomène « plastique ». Car bien qu’ayant presque disparu des grandes surfaces chez nous, (mais encore tellement présents ailleurs !)  plus  d‘un million sont utilisés chaque minute dans le monde !!!

Isabelle Garbani s’est alors demandée qu’elle était  la meilleure façon de lutter contre cette catastrophe écologique et dans le même temps reconnaître la futilité de la tâche? Elle a eu l’idée de  récupérer les sacs pour les transformer en accessoires de mode pour  arbres.: écharpes, mitaines et autres pulls très seyants recouvrent déjà 5 arbres du coté de New York

Une belle déclaration environnementale qui mériterait  d’être suivie, non ?