Vacances Responsables

Le tourisme responsable reste au stade des bonnes intentions d’après les déclarations des Français cet été : dès que l’on envisage des applications concrètes, les intentions positives baissent de manière significative.

Une récente enquête initiée par VoyagerMoinsCher.com du 6 au 12 avril 2011 montre qu’il y a encore du chemin à parcourir même si la prise de conscience est bien là :

Réduire l’impact de ses vacances sur l’environnement  …

Cette  année,  au  moment  de  partir  en  vacances,  plus  d’un  vacancier  sur  deux  (53  %)  déclare  qu’il souhaite  adopter  un  comportement  responsable  sur  place  et  éviter  les  gaspillages.  Toutefois, seulement  29%  des  Français  déclarent  que  l’impact  de  leurs  vacances  sur  l’environnement  a  une importance au moment du choix de leur voyage et ils sont 28 % à répondre qu’ils ne feront rien du tout en faveur de l’environnement cet été !

… à condition que cela ne n’ait pas d’influence sur le budget des vacances.

79 % des Français ne sont pas prêts à payer plus cher pour voyager responsable.Parmi eux :

-     55 % ne voient pas pourquoi voyager responsable devrait coûter plus cher,

-     44 % n’ont pas les moyens de payer un surcoût pour leurs vacances.

Concernant les 21 % de vacanciers qui accepteraient de payer un surcoût :

-     94 % ne seraient pas prêts à dépenser plus de 10 € supplémentaires par jour et par personne,

-     et 65 % pas plus de 5 € supplémentaires par jour et par personne.

Une perception ambivalente du tourisme responsable

Les Français restent méfiants  vis-à-vis du tourisme responsable et de ses acteurs, ce qui peut expliquer le décalage entre leur envie de bien faire et leur manque d’engagement concret. En effet, pour 72 % d’entre eux, voyager responsable :

-     coûte cher

-     profite surtout au portefeuille des professionnels du voyage.

Et pour plus de la moitié des Français (55%) voyager responsable est contraignant ! Pourtant,  dans  le  même  temps,  74  %  des  Français  déclarent  que  voyager  responsable  c’est l’avenir !

Il y a encore un gros travail à fournir pour faire évoluer les mentalités et les comportements  car comme le rappelle l’ADEME, le tourisme est un secteur qui contribue de plus en plus au changement climatique. Or ce changement climatique va abîmer les sites touristiques plébiscités par les vacanciers : enneigement moins important dans les stations de ski, dégradation des sites de bord de mer due à la montée des eaux et à l’érosion des côtes, immersion des îles.

Le programme des Nations Unies a mis en place site:le Passeport Vert pour nous sensibiliser tous avant de partir . A lire impérativement.

Les Trophées de l’Ecologie-1ere Edition

On approche de la saison des remises de prix et c’est tout naturellement dans cette esprit qu’est organisée la 1ere édition des Trophées de l’Ecologie, présentée par Guillaume Durand le 20 juin prochain. Plusieurs prix y seront décernés : la meilleure voiture écolo, le meilleur producteur de vin bio, les meilleures actus Green…..

 

Le Peech de présentation:
« La vague verte a touché toutes les strates de la population ; le débat a dépassé les frontières générationnelles, économiques, sociales, publiques et privées.
Chacun d’entre nous est amené, et parfois contraint, à remettre en question ses habitudes, ses savoir-faire, ses croyances pour devenir chaque jour un peu plus « consom ’acteur ». Ainsi, les Trophées de l’écologie, évènement d’envergure, a pour ambition de toucher le plus grand nombre afin d’encourager et guider les bonnes pratiques de consommation écologique.
Les Trophées de l’écologie, pour qui ?
Les familles : à la recherche d’une écologie plaisir.
Les plus jeunes : aventuriers d’une écologie loisir.
Les ados et les étudiants : en attente d’un projet écologique qui les mobilise et les fasse rêver
Les jeunes actifs : incarnations d’une “glam écologie” novatrice.
Les décideurs : une envie d’agir qui doit être incitée et encouragée.
Les médias : en attente d’une autre image de l’écologie.
Les Trophées de l‘écologie, pourquoi ?
Pour offrir au grand public à la fois des solutions concrètes et une part de rêve qui lui donne envie d’agir.
Pour faire connaître et promouvoir les produits écologiques nominés.
Pour révéler et encourager les pionniers qui tirent le marché.
Pour conforter l’empathie avec les entreprises “éco responsables”.
Pour encourager des nouvelles pratiques de consommation.
Pour mettre l’écologie à la une de l’actualité en amont, pendant et en aval de la cérémonie.
Pour initier un nouveau positionnement de l’écologie.
Pour affirmer l’ancrage économique des produits écologiques.
Pour contribuer à l’influence des enjeux écologiques auprès des leaders d’opinion et des décideurs.
Pour casser avec les codes classiques d’une écologie mal comprise. »

Je ne sais trop quoi penser de cette manifestation dont les objectifs sont de récompenser les plus belles innovations écologiques…le mieux c’est encore de vous faire votre propre idée en allant voir le site :Les Trophées de l’Ecologie

 

Lancement du « Sac Muse Two Artisanal » d’YSL

Fashionatas du monde entier ayant une conscience équitable, cet article vous est réservé.Muse YSL Equitable

La Maison Yves Saint Laurent vient de collaborer avec les femmes de l’association ‘Gafreh’ du Burkina Fasso. Ces femmes ont développé une technique unique permettant la création d’un textile à partir de sacs plastiques recyclés et de coton tissé. (voir leur travail sur Facteur shop où leur créations  vraiment originales sont en vente grâce à l’ONG Les filles du facteur). De cette union  évoluant pourtant à 1000 lieues l’une de l’autre est né le très beau sac « Muse Two Artisanal« .Edité à 60 exemplaires il sera bien entendu réservé à quelques happy few (vendu tout de même 1195 €  !!). Pour toutes les autres, ruez vous sur sac tressé-500wile site des Filles du Facteur pour y trouver de vraies petites merveilles d’artisanat à des prix beaucoup plus raisonnables; notamment tous les sacs et autres objets issus du projet « recyclagesacplastic » .Il est aussi possible de leur envoyer des sacs plastique car leur action se joue également en France  à l’ atelier d’insertion de Viry-Châtillon.

La seule différence est qu’en France la surconsommation nous laisse un choix multiple de couleurs, tandis qu’en Afrique sévit le plastique noir, une matière plastique déjà recyclée.

En tant qu’association, Les Filles du Facteur accueille avec plaisir tout nouveau membre en souscrivant une adhésion annuelle de 20 €.

Et si vous habitez Paris et que vous voulez  les rencontrer, voici leurs coordonnées :

Filles du Facteur
5 rue Perrée
75003 PARIS