Ce que la mer rejète

Une ballade le long de la mer en ce week end ensoleillé aurait du me réjouir au plus haut point mais ce ne fut pourtant pas le cas.

Trop de détritus échoués  après avoir parcouru je ne sais combien de kilomètres . La mer opère son nettoyage et arrive de temps en temps à se débarrasser de ce que l’homme y jette.

 

rubbish_rainbows

Liz Jones, une artiste australienne, sans doute consternée elle aussi par ce triste spectacle a pourtant décidé de ne pas se laisser envahir par un sentiment d’impuissance. Armée de sacs elle s’est mise à ramasser tout ce qu’elle était amenée à croiser lors de ses ballades matinales.Elle a amassé des quantités incroyables d’objets de tout poil en plastic qu’elle triait par couleur une fois à la maison.

 

Liz JonesLiz Jones1Liz Jones2

Son âme d’artiste a fait le reste : des compositions qui rendent presque beau le pas beau !! Au travers de ses « tableaux », Liz Jones a voulu aussi montrer l’omniprésence du plastique dans l’environnement naturel.

 

Liz Jones4Liz Jones5

Surfrider organise régulièrement au nettoyage des plages; retrouvez les Initiatives Océanes sur leur site, ici. Rien ne vous empêche non plus de le faire de manière individuelle et de vous lancer ensuite dans des créations artistiques après tout ?!

 

 

 

Le Plastique c’est comme l’amour…..

Il dure éternellement….! N’aurait il pas été plus « judicieux » sur ce type de comparaison d’aller fouiner du coté de James Bond et de comparer le plastique aux diamants quand on sait qu’un mariage sur deux finit par un divorce ?

Ceci dit le sujet du jour n’est pas le divorce ni les diamants mais le plastique.Omniprésent dans notre quotidien jusqu’en vacances sur les plages où il n’est pas rare de tomber sur des objets le plus souvent rejetés par la mer. Cela a inspiré de nombreux artistes.

C’est le cas de cette artiste australienne Marina DeBris (avec un nom de famille comme le sien, elle était surement prédestinée !) partie vivre à l’age de 12 ans aux Etats Unis. Alarmée par l’état des plages, elle a commencé à prendre l’habitude de ramasser les détritus lors de ses footing.

L’acte citoyen s’est au fil des années transformé en une démarche artistique : inspirée par certaines de ses trouvailles, armée d’une dose de créativité et d’une pincée d’ironie, elle a décidé de mettre en scène ces objets avec l’idée que ces déchets que nous rejetons finissent toujours par revenir pour mieux nous hanter !!

Ces créations sont visibles ici

Pour mémo et pour casser l’ambiance il est important de rappeler que chaque année les déchets plastiques tuent plus de 100 000 animaux marins par an en Méditerranée, selon les derniers chiffres de la campagne M.E.D (Méditerranée en danger). Courrez sur leur site, c’est terrifiant; on y voit des coupes microscopique du contenu gastrique d’un poisson…le plastique est déjà dans notre assiette !!

L’Art comme moyen de prise de conscience ?

L’Art au service des causes écologiques en tout cas…..

Il y a peu je vous -re-parlais  des Filles du facteur, cette association d’aide aux femmes en difficulté qui collecte les sacs en plastique pour les crocheter en de jolies choses tels que sacs, corbeilles et autres fleurs (il faut absolument aller découvrir leur site où les produits sont en vente)….je ne sais pas si l’association a  fait des émules mais toujours est il que le « crochetage » de sacs en plastique a des adeptes all around the world désormais…

Aux Etats Unis, une jeune artiste s’est elle aussi mis à crocheter le plastique à des fins artistiques mais surtout et avant tout pour sensibiliser le plus largement possible sur l’ampleur du phénomène « plastique ». Car bien qu’ayant presque disparu des grandes surfaces chez nous, (mais encore tellement présents ailleurs !)  plus  d‘un million sont utilisés chaque minute dans le monde !!!

Isabelle Garbani s’est alors demandée qu’elle était  la meilleure façon de lutter contre cette catastrophe écologique et dans le même temps reconnaître la futilité de la tâche? Elle a eu l’idée de  récupérer les sacs pour les transformer en accessoires de mode pour  arbres.: écharpes, mitaines et autres pulls très seyants recouvrent déjà 5 arbres du coté de New York

Une belle déclaration environnementale qui mériterait  d’être suivie, non ?

Ma Maison est en plastique…

Pirouette, cacahuète…..qui n’a pas chanté cette chanson un jour ?

Cette version de la chanson  est ici ré adaptée, re masterisée comme on dit aujourd’hui, bref elle est au gout du jour et le gout du jour c’est malheureusement le plastique ! Le plastique qui souille les océans, qui jonchent les sols ici et ailleurs; Pour lutter contre ce fléau moderne, certains développent des idées incroyables; c’est le cas de Alfredo Santa Cruz.

Maison en bouteilles plastiques

A Puerto Iguazu en Argentine, une famille d’artisans  a entièrement conçu sa maison à partir de matériaux recyclés : les murs ont été réalisés à partir de bouteilles en plastiques tandis que les cartons de type Tetra Pack ont servi à faire les plafonds et le toit selon le coté des boites. Le résultat est vraiment impressionnant. Le but réel avoué  est de  montrer l’immense valeur des matériaux que nous jetons tous les jours. «Les déchets ménagers peuvent être transformés en choses utiles. Nous avons développé notre propre technique, qui permet aux gens de construire une maison qui est parfaitement fonctionnelle, à un coût très bas et de leurs propres mains. »

Chambre en bouteillesLe projet de départ s’est transformé en un projet social et culturel dans un endroit où la norme consiste à bruler les déchets faute de structure adaptée pour le recyclage. Moyennant  la prise en charge du gite, du couvert et des frais de transport Alfredo Santa Cruz apporte désormais son savoir faire à tous ceux qui le lui demande dans son pays.

Il a même ouvert un site internet où il explique clairement son projet : Ecological Bottle House