Les Trophées de l’Ecologie-1ere Edition

On approche de la saison des remises de prix et c’est tout naturellement dans cette esprit qu’est organisée la 1ere édition des Trophées de l’Ecologie, présentée par Guillaume Durand le 20 juin prochain. Plusieurs prix y seront décernés : la meilleure voiture écolo, le meilleur producteur de vin bio, les meilleures actus Green…..

 

Le Peech de présentation:
« La vague verte a touché toutes les strates de la population ; le débat a dépassé les frontières générationnelles, économiques, sociales, publiques et privées.
Chacun d’entre nous est amené, et parfois contraint, à remettre en question ses habitudes, ses savoir-faire, ses croyances pour devenir chaque jour un peu plus « consom ’acteur ». Ainsi, les Trophées de l’écologie, évènement d’envergure, a pour ambition de toucher le plus grand nombre afin d’encourager et guider les bonnes pratiques de consommation écologique.
Les Trophées de l’écologie, pour qui ?
Les familles : à la recherche d’une écologie plaisir.
Les plus jeunes : aventuriers d’une écologie loisir.
Les ados et les étudiants : en attente d’un projet écologique qui les mobilise et les fasse rêver
Les jeunes actifs : incarnations d’une “glam écologie” novatrice.
Les décideurs : une envie d’agir qui doit être incitée et encouragée.
Les médias : en attente d’une autre image de l’écologie.
Les Trophées de l‘écologie, pourquoi ?
Pour offrir au grand public à la fois des solutions concrètes et une part de rêve qui lui donne envie d’agir.
Pour faire connaître et promouvoir les produits écologiques nominés.
Pour révéler et encourager les pionniers qui tirent le marché.
Pour conforter l’empathie avec les entreprises “éco responsables”.
Pour encourager des nouvelles pratiques de consommation.
Pour mettre l’écologie à la une de l’actualité en amont, pendant et en aval de la cérémonie.
Pour initier un nouveau positionnement de l’écologie.
Pour affirmer l’ancrage économique des produits écologiques.
Pour contribuer à l’influence des enjeux écologiques auprès des leaders d’opinion et des décideurs.
Pour casser avec les codes classiques d’une écologie mal comprise. »

Je ne sais trop quoi penser de cette manifestation dont les objectifs sont de récompenser les plus belles innovations écologiques…le mieux c’est encore de vous faire votre propre idée en allant voir le site :Les Trophées de l’Ecologie

 

Idées folles pour la planète

Parce que sauver la planète est affaire de gens sérieux, j’ai décidé, suite à un article paru dans le Figaro magazine, de me pencher sur quelques idées qui, si elles sont proposées par des personnalités incontestables ( prix Nobel, scientifiques reconnus et ingénieurs de renom) n’en paraissent pas moins farfelues.

Du soufre pour refroidir l’atmosphère.

06258d7a-e020-11de-be21-e21db92c3326Paul Crutzen (chimiste et météorologue néerlandais, Prix Nobel en 1995 pour ses recherches sur la chimie de l’atmosphère) propose une solution pas trop coûteuse mais plutôt efficace pour rafraîchir la planète : projeter des tonnes de souffre dans la stratosphère. Il faut d’abord conditionner dans des réservoirs un million de tonnes de soufre, sous forme d’hydrogène sulfuré liquide, puis fabriquer des milliers de ballons pour transporter la cargaison à 20 kilomètres d’altitude et enfin pulvériser la cargaison dans l’atmosphère. Au contact de l’oxygène, le mélange chimique se transforme en gouttelettes capables de réfléchir ou d’absorber la lumière du soleil pendant plusieurs mois. Coût estimé : 25 milliards de dollars. Sans doute raisonnable compte tenu du coût économique inestimable d’un réchauffement non maîtrisé, mais avec encore de nombreux problèmes techniques à régler pour pouvoir mettre en œuvre cette technique.

Des réflecteurs dans l’espace pour mettre la terre à l’ombre.

Roger Angel astronome et expert en optique propose quant à lui d’utiliser des miroirs pour  détourner les reflectrayons du soleil. En quantité importante (16 000 milliards d’une soixantaine de centimètres de diamètre chacun), ces mini-écrans utiliseraient les forces d’attraction de la Terre et du Soleil pour flotter dans l’atmosphère. Reste à résoudre un problème majeur : le transport de ses miroirs à cette distance.

Produire du plancton dévoreur de CO²

L ‘idée, n’est pas nouvelle et semble assez simple : Le sulfate de fer a la propriété de faciliter le développement d’algues planctoniques : Il suffit alors d’en déverser quelques tonnes dans l’océan pour que la zone se transforme rapidement en une véritable forêt de phytoplanctons capables de redynamiser un écosystème marin pauvre. Ce plancton absorbe le CO2 dissous dans l’eau en provenance de l’atmosphère. Mais les expériences montrent qu’une partie des algues planctoniques ne coulent pas quand elles meurent et qu’en contrepartie elles libèrent alors en surface le CO2 ingéré, qui repart… dans l’atmosphère !

Des bateaux blanchisseurs de nuages.

nuagesL’idée consiste ici à créer des navires qui enverraient de fines particules d’eau de mer dans l’atmosphère  l’eau viendrait alors épaissir les nuages, ceux-ci devenant plus blancs et réfléchissant d’autant mieux les rayons du soleil. Solution qui permettrait probablement de gagner du temps !

Des arbres artificiels  qui captent le CO²

Un chercheur américain propose de fabriquer des arbres synthétiques composés d’un pilier et d’une structure équivalente aux branches. Dans ces branches, à travers lesquelles passe l’air, le gaz carbonique est capté par de la soude caustique, ce qui produit une solution liquide de bicarbonate de sodium. La solution est ensuite transportée par des gazoducs et traitée pour en extraire le CO2. Il ne reste plus qu’à compresser celui-ci pour le stocker soit sous terre, soit dans les océans. Solution présentant un caractère important de faisabilité avec un coût limité.

Utiliser le désert comme une source d’énergie.

Selon l’inventeur du système d’irrigation par pulvérisation d’eau de mer, il suffirait de couvrir 1 % des déserts de panneaux solaires pour desertproduire la consommation d’électricité mondiale.  Il propose alors de réaliser des oasis artificielles de grande taille, et coupler son système d’irrigation, alimentant en eau des serres sous lesquelles on produirait des fruits et des légumes, à des centrales solaires thermiques à concentration pour produire l’énergie nécessaire aux sites. Installées dans des déserts côtiers, ces oasis fonctionneraient en autonomie complète, sans puiser dans les nappes phréatiques, pour un investissement relativement modeste de 80 millions d’euros l’unité (équivalant à une vingtaine d’hectares de serres). Sans doute une des solutions les plus avancées à ce jour.

Produire de l’électricité dans des atolls artificiels

Les éoliennes ne produisent de l’électricité que quand il y a du vent et ne servent à rien si le vent arrive à un moment où le besoin en atollélectricité est faible. C’est la raison pour laquelle les Danois ont imaginé des pièges à électricité produite par des éoliennes. Ces pièges ressemblent à des atolls construits légèrement sous le niveau de la mer et fonctionnent comme des barrages. Si la demande d’électricité est importante, de l’eau de mer est injectée dans ces atolls artificiels via des turbines qui produisent de l’énergie en complément ou en remplacement de la production des éoliennes. Par exemple, quand le vent est faible ou inexistant.
Il faut ensuite vider ces atolls pour qu’ils puissent produire à nouveau de l’électricité : Un coup de vent en pleine nuit, alors que le réseau n’a pas besoin d’électricité, et l’énergie produite par les éoliennes est utilisée pour vider les atolls grâce à des pompes. Ces atolls fonctionnent comme des barrages hydroélectriques et deviennent de véritables batteries capables de stocker l’énergie éolienne. Tout semble prêt. Reste le problème du coût (proche du prix d’une centrale nucléaire) et celui de l’esthétique, toujours contestable.

Et vous amis lecteurs, n’auriez vous pas un projet au fond d’un carton prêt à en faire un de carton pour sauver la planète ?