TransHumans: pour voyager differemment

Vous en avez assez de bronzer inutile sur votre serviette de bain ?  Vous recherchez des vacances qui ont du sens ? L’Amérique du Sud vous a toujours tenté ?

Vous souhaitez apprendre à connaitre le Chili et l’Argentine au travers de son terroir, de ses coutumes et de ses habitants ?

C’est précisément ce que propose TransHumans,une agence réunissant des professionnels du développement local et du tourisme qui ont choisi de donner un vrai sens au voyage.

Pensé comme un outil de développement local pour les populations rurales qui n’ont pas toujours la possibilité de promouvoir leurs initiatives au-delà de la sphère locale Transhumans souhaite offrir à ces populations et aux voyageurs l’opportunité de vraies rencontres, d’échanges sincères et durables tout en découvrant divers aspects socio-culturels ainsi que les magnifiques paysages d’Argentine et du Chili.

TransHumans propose ainsi une gamme de circuits des plus complets en Argentine, au Chili et en Bolivie en suivant 4 approches différentes basées sur  les rencontres, les échanges, la découverte et le respect des cultures et des écosystèmes, à des échelles et avec des approches différentes :

Culturels : un juste équilibre entre l’Art, la Culture et l’Histoire des populations avec la rencontre de spécialistes du patrimoine,

Aventure : un voyage dynamique incluant des activités sportives et des excursions en plein air (en privilégiant les déplacements à pied ou à cheval)

Découverte : une approche intermédiaire entre le voyage récréatif et solidaire. Elle a pour objectif d’aider les voyageurs hésitants à faire un premier pas vers le tourisme solidaire.

2 à 5% du prix des séjours financent le fond solidaire de développement qui cofinance des activités éducatives de sensibilisation à l’environnement en milieu rural.

L’équipe pluridisciplinaire de Transhumans est formée d’ingénieurs en développement, agro-forestiers et professionnels en tourisme qui ont choisi d’apporter leur soutien aux initiatives locales des populations en zones rurales.

Transhumans, voyageurs responsables est membre de VVE (Voyageurs et voyagistes éco responsables) et du Réseau de Tourisme Responsable Argentin (RTR)

Pour en savoir plus: transhumans

Vacances Responsables

Le tourisme responsable reste au stade des bonnes intentions d’après les déclarations des Français cet été : dès que l’on envisage des applications concrètes, les intentions positives baissent de manière significative.

Une récente enquête initiée par VoyagerMoinsCher.com du 6 au 12 avril 2011 montre qu’il y a encore du chemin à parcourir même si la prise de conscience est bien là :

Réduire l’impact de ses vacances sur l’environnement  …

Cette  année,  au  moment  de  partir  en  vacances,  plus  d’un  vacancier  sur  deux  (53  %)  déclare  qu’il souhaite  adopter  un  comportement  responsable  sur  place  et  éviter  les  gaspillages.  Toutefois, seulement  29%  des  Français  déclarent  que  l’impact  de  leurs  vacances  sur  l’environnement  a  une importance au moment du choix de leur voyage et ils sont 28 % à répondre qu’ils ne feront rien du tout en faveur de l’environnement cet été !

… à condition que cela ne n’ait pas d’influence sur le budget des vacances.

79 % des Français ne sont pas prêts à payer plus cher pour voyager responsable.Parmi eux :

-     55 % ne voient pas pourquoi voyager responsable devrait coûter plus cher,

-     44 % n’ont pas les moyens de payer un surcoût pour leurs vacances.

Concernant les 21 % de vacanciers qui accepteraient de payer un surcoût :

-     94 % ne seraient pas prêts à dépenser plus de 10 € supplémentaires par jour et par personne,

-     et 65 % pas plus de 5 € supplémentaires par jour et par personne.

Une perception ambivalente du tourisme responsable

Les Français restent méfiants  vis-à-vis du tourisme responsable et de ses acteurs, ce qui peut expliquer le décalage entre leur envie de bien faire et leur manque d’engagement concret. En effet, pour 72 % d’entre eux, voyager responsable :

-     coûte cher

-     profite surtout au portefeuille des professionnels du voyage.

Et pour plus de la moitié des Français (55%) voyager responsable est contraignant ! Pourtant,  dans  le  même  temps,  74  %  des  Français  déclarent  que  voyager  responsable  c’est l’avenir !

Il y a encore un gros travail à fournir pour faire évoluer les mentalités et les comportements  car comme le rappelle l’ADEME, le tourisme est un secteur qui contribue de plus en plus au changement climatique. Or ce changement climatique va abîmer les sites touristiques plébiscités par les vacanciers : enneigement moins important dans les stations de ski, dégradation des sites de bord de mer due à la montée des eaux et à l’érosion des côtes, immersion des îles.

Le programme des Nations Unies a mis en place site:le Passeport Vert pour nous sensibiliser tous avant de partir . A lire impérativement.

Le Guide du Routard Durable 2010 2011

Fort du succès des deux précédentes éditions, le Guide du Routard a présenté lors de la semaine du Développement Durable (du 1er au 7 avril dernier) la 3ème mouture de son guide qui propose une approche différente du voyage. Attention une approche différente ne veut pas dire dormir sur une paillasse au fin fond d’un champs en proie direct aux moustiques et autres bébêtes maléfiques !routard-durable2010

Voyager durable et responsable signifie limiter l’impact de ses activités sur les ressources naturelles, sociales, économiques. D’ailleurs comme à son accoutumée le Guide propose en préambule une sorte de piqure de rappel des définitions du tourisme solidaire, équitable ; on nous explique ce qu’est l’écotourisme. Les acteurs du tourisme durable (institutions internationales, collectivités territoriales, associations, tours-opérateurs) y sont également présentés dans un soucis de clarté et de compréhension.

ecotourismeEnrichie de 70 nouvelles adresses, le Routard Durable 2010 recense tous les hébergements labellisés en France par l’Ecolabel Européen (un signe de reconnaissance d’un produit de consommation respectueux de l’environnement) et nous démontre par la même occasion que voyager durable ne coute pas plus cher qu’un voyage plus classique.

A trois mois des vacances, il est encore tout à fait temps d’envisager de modifier un peu son comportement pour le bien de la planète.

Références : Le guide du Routard du Tourisme durable 2010-2011 de Philippe Gloaguen – Editeur : Hachette – Date de parution : 7 avril 2010 – 160 pages  – Prix public : 9,90 €