Produits équitable

Equitable

Le respect de l’environnement était déjà l’un des critères du « fair trade ». Mais, avec « la nouvelle génération » de produits bio-équitables, il en devient une dimension intégrante

Si le terme peu paraître sophistiqué, il s’agit simplement de produits équitables ayant obtenu une certification bio. L’avantage, c’est que vous n’êtes plus obligé de faire un choix entre acheter équitable ou bio, vous pouvez faire les deux en même temps !
En effet, quelle meilleure incarnation du concept de développement durable que le « commerce bio-équitable » : il allie dimensions économique (commerce), environnementale (biologique) et sociale (équitable).

Le commerce équitable est un partenariat commercial et un mouvement social qui vise à l’amélioration du droit et des conditions de commerce des travailleurs marginalisés, en particulier dans le cadre des échanges internationaux Nord-Sud. Il concerne tout particulièrement la paysannerie dans son ensemble (production vivrière, matières premières, artisanat).

La démarche de commerce équitable consiste en une action collective d’organisation de nouveaux chemins de production et de distribution pour le marché international, basés sur des normes sociales, économiques et environnementales propres, ne nécessitant pas l’intermédiaire des États et la modification des législations nationales.

Les tenants du commerce équitable font la promotion de la démocratie, de latransparence et du respect des droits de l’homme, autour d’objectifs définis par les producteurs, dont des prix de production déterminés non seulement par les coûts économiques, mais en prenant aussi en compte les coûts de production humains, sociaux et environnementaux.

Une panoplie de groupes et d’associations nationales et internationales font la promotion active du commerce équitable, notamment l’association FLO (Fairtrade Labelling Organizations), IFAT (International Federation for Alternative Trade, ou International Fair Trade Association) ainsi que de nombreuses autres fédérations, syndicats et ONG telles qu’Oxfam et Secours catholique.

En 2006, les ventes de produits certifiés équitables étaient estimées à plus 1,609 milliards d’euros, une augmentation de 41 % par rapport à l’année précédente . On estime que près de 1,5 million de producteurs et travailleurs défavorisés bénéficient directement du commerce équitable.

En 2001, quatre structures internationales de commerce équitable (FLO, IFAT, NEWS, EFTA) proposent une définition du commerce équitable :

« Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s’engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l’opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel. »

Le commerce équitable prescrit 10 normes que ses tenants tant au Nord qu’au Sud doivent appliquer quotidiennement dans leur travail. Dans le cas des membres IFAT ou des groupes certifiés FLO, différents systèmes de contrôle sont en place afin de s’assurer que ces normes sont respectées.

  1. Créer des opportunités pour les producteurs qui sont économiquement en situation de désavantage. Le commerce équitable est une stratégie pour le combat contre la pauvreté et pour le commerce soutenable. Son but est de créer des opportunités pour les producteurs désavantagés ou marginalisés par le système du commerce conventionnel.
  2. La transparence et la crédibilité. Le commerce équitable comprend la gestion de la transparence et les relations commerciales pour faire des affaires avec nospartenaires commerciaux.
  3. La capacité individuelle. Le commerce équitable est un moyen de développer l’autonomie des travailleurs. Les organisations du commerce équitable procurent de la continuité durant laquelle les producteurs et les organisations de marché peuvent améliorer leurs capacités de gestion et leur accès aux nouveaux marchés.
  4. Promouvoir le commerce équitable. Les organisations du commerce équitable ont pour objectif de sensibiliser leur clientèle ainsi que le grand public aux injustices du système commercial actuel. Elles doivent aussi être en mesure de fournir de l’information sur l’origine de ses produits, les conditions de travail des producteurs etc.
  5. Le paiement d’un prix juste. Un prix juste dans un contexte local ou régional est accepté après dialogue et concertation. Cela couvre non seulement les coûts de production mais permet également une production qui est socialement juste et bien pour l’environnement. Cela fournit un prix juste aux producteurs et prend en compte le principe d’un salaire égal pour un travail égal par les hommes et par les femmes. Les organisations de commerce équitable assurent un paiement immédiat à leurs partenaires et parfois aident leurs producteurs avec le financement d’un crédit avant la récolte ouavant la production.
  6. Égalité entre les sexes. Les organisations issues de la filière équitable valorisent le travail des femmes : celles-ci doivent toujours être payées pour leurs contributions dans le processus de production. La présence des femmes au sein de la gouvernance de ces organisations est aussi encouragée.
  7. Les conditions de travail. Le commerce équitable signifie un environnement de travail sain et sûr pour les travailleurs. La participation des enfants (si jamais) n’affecte pas négativement leur bien-être, leur sécurité, leur conditions éducatives, et leur besoin de jouer et est conforme à la convention des Nations-Unies sur les droits des enfants ainsi qu’aux lois et normes du pays.
  8. Le travail des enfants. Les organisations du commerce équitable respectent laconvention des Nations-Unies sur les droits des enfants, ainsi que lois et normes sociales sont appliquées afin d’assurer que la participation des enfants dans les processus de production des produits équitables ne va pas á l’encontre de leur bien-être, leur sécurité, leur conditions éducatives et besoin de jouer. Les organisations qui travaillent directement avec des organisations informelles révèlent la participation des enfants dans la production.
  9. L’environnement. Le commerce équitable encourage activement de meilleures pratiques environnementales et l’application de méthodes responsables de production.
  10. Les relations de commerce. Les organisations de commerce équitable font du commerce en tenant compte du bien-être social, économique et environnemental des petits producteurs marginalisés et ne font pas de profit derrière leur dos. Elles maintiennent de longues relations qui reposent sur la confiance et le respect mutuel qui contribuent à la promotion et l’agrandissement du commerce équitable. Parfois les producteurs sont soutenus par des crédits avant la récolte ou avant la production.