Cristian Corvin, architecte « upcycliste « ?

Ce nom doit surement vous dire quelque chose; à défaut ses réalisations très certainement. D’origine roumaine, Cristian Corvin est un architecte et designer très connu dans son pays mais également à l’étranger ou on s’arrache ses services.

Marqué sans nul doute par le passé communiste de son pays, il aime intégré dans ses projets des éléments chinés, récupérés  lors de démolitions .Il a d’ailleurs démontré l’étendu de sa capacité à upcycler les matériaux lorsqu’il a re designé le restaurant Bon de Bucarest.

bon-restaurant--Bucarest--Cristian-CcorvinPour recouvrir les murs, il a utilisé pas moins de 200 portes et fenêtres récupérées ici et là (principalement sur des chantiers de démolition)

Restaurant Bon par Cristian CorvinRestaurant Bon par Cristian Corvin2Des fenêtres et des portes laissées presque toutes dans leur jus à l’exception toutefois de quelques unes repeintes pour l’occasion dans les tonalités recherchées.

La plupart des chaises meublant le restaurant sont disparates et confèrent un l’endroit un coté bohème.

Restaurant Bon par Cristian Corvin3Restaurant Bon par Cristian Corvin4Restaurant Bon par Cristian Corvin5L’approche dans ce projet, comme souhaite le rappeler le designer est une tentative de conserver certaines traces d’un passé révolu. Pari réussi haut la main !

Restaurant Bon -Strada Smârdan 33
Bucarest- Roumanie

 

 

Butalamp : et la lumière fut !

La bonne vieille bouteille de gaz qui envahit nos foyers (60 millions de bouteilles de Butane circulent rien qu’en France principalement pour l’alimentation de gazinières domestiques ) n’en finit pas d’inspirer les designers.

Je suis toujours agréablement surprise du résultat final et pourtant rien n’est jamais gagné d’avance. Il faut dire que les mensurations & la forme même de la bouteille ne sont pas une piste d’envol pour le rève de prime abord. Mais les artistes débordent d’imagination .La preuve en est une nouvelle fois avec la Butalamp.

Butalamp

Butalamp qui est la contraction de Butane et de lampe prouve que rien ne se perd tout se transforme.

Grâce à l’audace d’un artiste plasticien designer, François Flageul, la ‘fameuse’ bonbonne de gaz à la mascotte bleue trouve une seconde vie après usage pour se métamorphoser en lampe digne des mille et une nuits.

Butalamp 2

François Flageul explique qu’il a été marqué lors d’un voyage au Sénegal par la façon dont les forgerons sur place recyclaient bidons et autres pièces de métal pour en faire des produits finis. De retour en France il décide de poursuivre dans cette voie et se met à recycler, à transformer le métal jusqu’à ce qu’il décide de s’attaquer à la bouteille de gaz et à  la réinterpréter.

Pour cela la bouteille de gaz -vide- est découpée,sablée, une partie du corps est remplacée par de la tôle perforée. La  bouteille est ensuite peinte, laquée, électrifiée et transformée en luminaire.

butalamp5

L’enveloppe de métal évoque les moucharabiehs. Avec cet écrin d’inspiration orientale, la Butalamp prend des allures de lanterne magique et projette une lumière mystérieuse et subtile.

Comme les crus d’exception, chaque Butalamp est unique et millésimée. Déclinées en 10 couleurs éclatantes – jaune, brun rouge, blanche, rouge, rose, vert, pourpre, vert anis, orange et noir, elles illuminent aussi bien les intérieurs que les  extérieurs.

La Butalamp est déclinée en 2 versions : la version standard (H75 cm ø30 cm poids 9Kg) et la version mini (H45 cm ø20 cm poids 4 Kg).

mini butalamp®

Si vous souhaitez en savoir plus et passer commande on vous invite vivement à aller sur le site de François Flageul.

 

 

Une 2eme vie pour les Stylos Bic !

Le crayon Bic qui servait de sarbacane aux garçons de ma classe une fois débarrassé de sa mine a été depuis sa création en 1950 vendu à plus de 100 milliards d’exemplaires..A ce jour c’est encore le stylo le plus vendu au monde ! Pas mal pour cette société dont le siège se situe à Clichy en région parisienne.

En même temps qui dit 100 milliards de Bic vendus dit autant de déchets à un moment ou à un autre !! Je fais ma rabat joie mais il faut savoir dire les choses. Je suis toutefois un peu moins inquiète depuis que j’ai découvert le travail du studio de design espagnol enPieza.

Volivik-enPieza3Volivik-enPieza4

En hommage au mouvement des franges Charleston, ils sont imaginé des luminaires à partir de Bic usagés. Au choix, Bic oranges à la pointe fine ou transparents à la mine plus épaisse pour des chandeliers et des lampes à poser qui reflètent parfaitement la lumière et qui n’ont rien à envier aux chandeliers en cristal finalement.

 

volivik-chandelier-J’avoue un gros gros penchant pour le modèle en Bic argent.Il est so chic!

volivik-Chandelier Bic usagésvolivik-Chandelier Bic usagés1

Il vous faudra débourser entre 1382 € et 4198 € selon les modèles de chandeliers. Vous avez aussi la possibilité de commencer à récupérer les Bic en fin de vie afin de faire votre propre chandelier. A vous de voir.

Le site du studio design enPieza est ici

 

La Hollande, l’autre pays du…Luminaire !

Enfin disons du luminaire upcyclé.Upcyclé, upcycling, upcycled anglicismes sans équivalent de traduction littéral en français. Ce n’est pas grave ! Seul compte le résultat et là encore je viens d’avoir la chance de découvrir un jeune designer néerlandais qui manie à merveille l’art de l’upcycling : Willem Heeffer

 

Heinz-Beanz-lampes Willem-heefferDesigner néerlandaise basé à Helsinki, en Finlande Willem Heeffer est actif dans les domaines conjoints du design d’espace, du design de produit et de la photographie.

Son nom ne vous dit peut être pas quelque chose mais je suis certaine que tout le monde connait ou a vu au moin une de ses créations réalisée à partir de la fameuse boite bleue de haricots, les baked Beans de Heinz; une boite et des haricots « iconic » en Angleterre !!

Ce luminaire a presque fait la célébrité du designer même si c’est sans nul doute réducteur de dire cela. Le luminaire « Heinz beanz can light » est toujours en vente d’ailleurs sur le site du designer où il est proposé à 70 €.

willem heeffer

Cependant c’est d’un tout autre modèle dont je souhaite vous parler. Depuis peu le designer s’intéresse de près aux tambours de machine à laver .A l’instar d’autres designers il a perçu dans cette cuve en inox un incroyable potentiel.

 

Lampe tambour de machine willem-heefferLampe tambour de machine willem-heeffer1

Il récupère donc les tambours dans des centres de recyclage locaux, après quoi les tambours subissent une petite couleur comme chez le coiffeur et déjà comme par enchantement le produit devient comme réinventé.Suspendus à l’aide de 3 cables, les tambours donnent l’impression de flotter dans les airs.

Comme le précise Willem Heeffer « Quand je travaille avec des matériaux anciens, j’aime les sortir de leur contexte, les utiliser d’une manière inattendue pour créer quelque chose de nouveau. L’objectif est d’abord de voir un beau produit, après quoi vous faire découvrir l’histoire derrière celui ci.C’est alors seulement que les produits ne sont plus considérés comme des déchets et deviennent des pièces de design « .

 

Pour découvrir l’univers de Willem Heeffer, c’est  ici.